Il est 13h30 et je n'ai pas décollé mon derrière du divan. Je suis à nouveau collée à mon ordinateur alors qu'il était prévu ( écrit dans mon agenda ) qu'AUJOURD'HUI je finissais de peindre la cuisine ( ok c'est très moyennement motivant ). J'ai un problème docteur? Oui... J'ai, il y a plus de 7 ans, arrêté la cigarette avec moins de difficulté que je ne l'imaginais, je devrais donc arriver à gérer cette foutue dépendance à l'ordinateur. Peut-être me remettre à fumer pour occuper mon esprit à autre chose...A envisager...

Bref.

Mon Pimentdoux est l'homme le plus courageux du monde. Il a mal au dos. Vraiment mal. Ça n'empêche qu'il est en train de travailler sur un chantier. Pour couronner le tout, c'est le ramadan...Ça compense niveau volonté dans notre couple.

Mentosframboise va bien. Elle grandit.Elle rétrecit. Physiquement et mentalement. Elle est drôle, affectueuse, chiante gentille, limitée, intelligente, espiègle, manipulatrice, douce, tyrannique,généreuse, capricieuse. C'est un trésor...notre trésor. C'est un boulet...notre boulet.

Barré les mentions fausses.

Sinon.

Nous avons eu l'exellente surprise de trouver un chat à moitié mort dans notre jardin. On les aime déjà pas trop vivants alors à moitié morts vous imaginez notre enthousiasme. C'était un dimanche et le dimanche la protection des animaux n'en a rien à faire de leurs amis à quatre pattes. J'ai donc, appelé la police ( procédure normale ) qui s'est pointée avec une petite caisse pour embarquer le condamné. Comble de malchance, l'intru a passé l'arme à gauche entre-temps. La police dans ce cas-là n'embarque pas l'animal. Sont repartis sans même prendre les empreintes, nous laissant le corps sur le dos en nous suggérant de l'enterrer dans notre jardin. Ben voyons. Après une discussion tendue, nous décidons d'aller déposer la dépouille dans un bois. Discrètement. Pimentdoux l'emballa dans cinq sacs. CINQ!!!! Nous voilà donc parti, nous débarrasser de ce con de chat. A bout de nerfs tout les deux. Après avoir tourné un bon moment, nous nous sommes arrêté dans une allée menant à un bois. Nous avons commencé à nous disputer pour savoir qui allait de nous deux jeter le sac. Au bord de la crise de nerfs. Et puis, d'une petite voix douce mais claire, Mentosframboise nous proposa d'aller jeter le sac car je cite : ça ne me dégoûte pas moi. C'est qu'un animal quoi.

Je me suis levée de la voiture, j'ai attrapé le sac et l'ai jeté dans le bois.

On est reparti en silence. Notre fille est une psychopathe.

Depuis, je dis, plus, de bien des animaux.

Sinon?

Rien.

Belle semaine à vous.

 

Les travaux avancent bien. Pas grâce à moi. Mon dos va bien.

Sinon?

Rien.