Les aventures de Mentos framboise et compagnie...

11 janvier 2022

Des vacances parfaites

Et bien voilà. 

On est revenu.

Comme prévu.

On est revenu.

Et pourtant.

On serait bien resté.

Encore un petit peu.

Ces vacances...

On a profité de notre petite famille un max.

La canaille s'est créée de jolis souvenirs avec ses cousins et cousines mais surtout avec ses attachants grands-parents.

Elle a construit une merveilleuse complicité avec sa jida. Presque chaque soir, elles se rejoignaient juste un peu avant le coucher du soleil pour aller nourrir les animaux qui entourent notre clan.

Chaque soir, son jdi lui ramenait une douceur sucrée et spontanément la canaille l'enlaçait d'un tendre câlin.

Deux ans de séparation, deux langues étrangères l'une pour l'autre, deux cultures différentes et pourtant un seul lien, un seul amour. Une famille simplement.

Et puis. Notre maison.

Et puis. Notre somptueuse maison.

Et puis. Poser notre empreinte dans notre maison.

Courir. Beaucoup courir.

Mais courir avec joie.

Ensuite.

De nouvelles découvertes.

Des paysages à couper le souffle. 

Des paysages à donner du souffle.

Et puis. Une mésaventure.

Mais une aventure quand même.

Et puis. Un scorpion sur une petite main qui creuse la sable.

Et puis? Des cris. 

De peur. Juste de peur. 

Et puis. Même pas mal.

Et puis. On rigole.

On va pouvoir le raconter.

La mésaventure devenue aventure.

On recommence une nouvelle année remplie de beaux projets, de joyeuses perspectives.

Qu'elle nous soit douce et lumineuse, drôle et sereine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mentosframboise à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 décembre 2021

Bric-à-brac

Alors comment va la vie?

Et bien...chez les Mentosframboise la vie est plutôt douce.

La chérie est en détention à la maison depuis deux semaines. Sa classe a fermé, une fois de plus, car il y a eu deux cas de covid chez ses camarades de classe. Cette situation devient de plus en plus inquiétante. 

Hier, de nouvelles mesures restrictives sont, une fois de plus tombées.

Incompréhension totale pour le coup.

Le milieu culturel est, de nouveau et injustement impacté. 

Fermeture des cinémas, des théâtres...

En revanche, les cafés restent ouverts!!!!???? Cherchez l'erreur?

Bref.

Sinon.

La canaille a joué son concert de fin d'année. Elle s'est un peu emmêlée les doigts, chose contrariante lorsque l'on joue au piano.

Le trac. Heureusement, grâce à son flegme qui force l'admiration, la chérie a remit de l'ordre dans ses petites paluches et nous a bercé d'une jolie mélodie de Noel.

Sinon.

Avant de se régaler de do ré mi fa sol la si do dans l'ordre et le désordre, nous avons été, avec nos vieux, titiller nos papilles au buffet petit-déjeuner de l'hôtel où se déroulait le concert de la chérie.

Sinon.

Vu que la chérie était en congé forcé la semaine dernière, nous sommes allés au cinéma.

Cinéma totalement désert. Pa l'ombre d'un humain. Pas l'ombre d'un postillon contaminé.

Nous étions seule dans la salle.

Sinon.

Au boulot, c'est pas simple. Faut de la patience et de la distance.

Avec certaines collègues, avec certaines pensionnaires.

Je fais, encore, la nuit du réveillon et puis je serai en vacances...

On croise les doigts et tout ce que l'on peut croiser pour être le plus négatif possible pour pouvoir aller retrouver le soleil en compagnie de notre petite famille tunisienne.

Voili voilà.

Et patata.

Posté par mentosframboise à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2021

Saint-Nicolas et Père Noel en duo

Et oui, cette année on a fait une pierre deux coups.

Vu qu'on a très très très envie d'aller retrouver notre petite famille du soleil pendant les congés de fin d'année, il est primordial, de ne pas laisser mister covid et variants s'incruster dans notre petite chaumière. 

Alors, on évite les contacts. 

Du coup, le réveillon en famille a été avancé de quelques semaines...

C'était chaleureux et doux malgré nos masques...ON VEUT ALLER TRES FORT EN TUNISIE!!!!

Pour l'occasion, ma Schtroumf gourmande a fait le déplacement chargée de sucreries pour la canaille ( et sa maman ). On l'aime tellement fort...

Sinon.

Il y a de nouvelles mesures imposées pour contrer et freiner ce satané virus. Mesures qui ne font pas l'unaminité.

Mesures qui concernent les enfants chez qui le virus cours particulièrement.

Du coup, ils finiront une semaine avant les vacances de fin d'année et  sont, dés l'âge de 6 ans, dans l'obligation de porter le masque.

C'est certain, que ce n'est ni facile ni agréable mais, en ce qui me concerne je suis plutôt soulagée par la mesure. Le masque reste une barrière. Chez les adultes et chez les enfants.

J'ai bien conscience que pour un enfant de 6 ans c'est plus compliqué à mettre en application.

En revanche, à 10 ans, ils sont capables de comprendre la nécessité de la démarche.

De plus, je suis persuadée que les enfants ont une capacité d'adaptation bien plus élevée que les adultes.

C'est un débat qui divise.

Beaucoup de parents sont totalement réfractaires à cette décision et refusent de mettre le masque à leurs rejetons. 

Ce que je trouve malheureux, c'est que ce sont ces parents qui finissent par, eux mêmes, créer un " traumatisme " à leurs enfants, en se comportant de la sorte.

Au lieu, de dédramatiser la chose, d'expliquer la raison et le bénefice que cela peut apporter de porter le masque pendant un certain temps, ils crient, s'insurgent et pire prîvent leurs enfants d'aller à l'école.

Chez nous, la chérie a ,de suite, trouvé l'idée géniale et indispensable ( influencée ) ( zéro personnalité ).

Elle customise, chaque jour, son masque. Des clefs de sol un jour, des sourires un autre jour...

En classe, elle veille à ce que chacun respecte la mesure. Une vraie petite SS en culotte courte.

Bref.

Cette épidémie aura fait de terribles ravages. Pas qu'au niveau santé. Socialement, cela aura créé de fameuses fractures entre les gens. On ne se comprend plus.

Tous ces affrontements ces comportements font craindre pour notre système de santé. Nous sommes des pourris gâtés et nous ne prenons pas conscience car n'imaginons pas que notre système de soins puisse, un jour, s'écrouler. 

Moi, je redoute que mes proches ou moi-même tombons malades du covid ou d'autres choses et que nous ne puissions plus bénéficier des meilleurs soins pour cause de mauvaise gérance de cette crise par les décideurs et par le peuple.

Tristesse.

Peur.

Incompréhension.

Inquiétude.

Sinon.

Rien.

Et patati. 

Et patata.

 

 

 

 

 

 

Posté par mentosframboise à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2021

Bric-à-brac

Quoi de neuf chez les Framboises?

Ben, la routine...

Dimanche, la chérie a participé à un petit concert lors d'un marché de Noel. Comme prévu, ce fut, comment dire...un raté.

Elle n'était, de toute évidence, pas prête et c'est résignée qu'elle monta sur l'estrade de l'échec. Heureusement, elle s'en fout.

Sa prof moins.

On s'en fiche.

Sinon.

On a fait notre sapin.Il est beau...

Oh mon beau sapin...

Sinon.

On a, encore une fois, on est des fous, fait une journée shopping. Le week-end avant la SAINT-NICOLAS...même pas peur.

Sinon.

Je suis défigurée.

Si si.

Hier, je suis allée chez la dermatologue me faire enlever des petites boules disgracieuses au coin du nez.

Aujourd'hui, je n'ai plus de coin de nez. Les croûtes purulentes le cache.

Merci nouveau copain Omicron. Le masque mon sauveur.

Sinon.

Ce week-end, ma Stroumph Gourmande vient fêter la Saint - Nicolas avec nous. Hâte.

La virtuose incomprise s'est levée en joie ce matin. 

Hâte d'aller à l'école?

Non...

Impatiente de découvrir son premier cadeau du calendrier de l'avent?

Oui...

Un calendrier à 60 sous quand même.

Un calendrier Harry Potter of course.

Bref, le bonheur existe.

Mais a un prix.

Quoique l'on en dise.

Sinon.

Rien.

Belle journée les nazes.

Prenez pas mal.

 

 

Posté par mentosframboise à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2021

Le retour des créatrices

Hier soir, avec ma soeur de front ont a recommencé à jouer aux artistes. 

Cette fois, nous nous sommes lancés dans la confection de savons bio maison. Pour buller ça a bullé.

Au programme : un shampooing sec et une floppée de savons senteur cerises.

Le résultat fut...comment dire...

En même temps, quoi de plus subjectif que l'art?

Maintenant, est-que l'on peut appeler ça de l'art que de faire des savons?

Bref. 

Ce que l'on attend, au final, d'un savon c'est qu'il sente bon, non? 

Passons.

La semaine passée, mon amoureux que j'aime est retourné en Tunisie ( pour affaires... ).

Du coup, à la maison, c'était girls power.

Au programme : cinéma, sucreries, caries?, calinous, confidences, bricolages.

Sinon.

J'ai passé un joli moment sucré - salé chez ma super amie S. Cette fille est, juste, extraordinairement extra.

Sinon.

J'ai épilé Mentosframboise. 

La princesse ne supportant plus d'avoir les mêmes jambes que son père, m'a quémandé de faire quelque chose.

Il est vrai que ses gambettes, pourtant agréables à caresser, le soir dans le divan devant un bon film, sont étonnement, velues.

Du coup, je l'ai badigeonnée de crème exterminatrice de poils et après 6 minutes sans bouger, ce sont les jambes de maman qui sont apparues...

Joie, bonheur.

Sinon.

Une autre chose, dont elle voudrait se séparer mais pour lequel il n'existe pas de crème : ses leçons de piano.

On est dans une période creuse musicalement. La chérie peine à travailler ses gammes.

On ne lâche rien.

Je pense, que pour le moment, la seule préoccupation de l'enfant, ce sont les copines et LE garçon qui lui file des papillons dans le ventre. Tant que c'est pas le papillomavirus...

Du coup, occupée à échafauder des partitions amoureuses avec les copines pour séduire l'élu, elle a des dificultés à se mettre au diapason avec sa professeur.

Sinon.

Rien.

Et tralala.

 

 

Posté par mentosframboise à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 novembre 2021

Rendez-vous manqué

Notre balade irlandaise en compagnie de mon Papou d'amour n'a pas eu lieu.

J'vous explique...

Levés avant l'aube après une longue nuit de pas sommeil, nous avons rejoint l'aéroport prêt à nous envoler à la rencontre des leprechauns.

C'est dans un monde moins féérique et peuplé de créatures moins sympathiques que nous avons atterri ( pas atterri ).

En résumé : Pimentdoux pas visa, Pimentdoux pas Irlande.

La bonne blague.

Du coup, solidaires la canaille et moi, on a embrassé le disparate le coeur moins léger et s'en est allée retrouver nos 33C ET 33B dernière allée. 

Puis étouffées parce que masquées et par la nouvelle tombée nous sommes retournées retrouver notre pas étranger parce que l'Irlande sans notre pilier ce serait comme l'Irlande sans Jameson. Sans ivresse, sans saveur.

Mon Papou n'aurait pas apprécié de nous voir déambuler sur la chaussée des géants sans l'aimé.

Du coup, rendez-vous reporté à mai car en mai on fera ce qu'il nous plaît ( et on aura le visa ).

Du coup, on est reparti retrouver notre petite chaumière puis on a fêté nos 13 ans de mariage avec l'étranger. 

Treize ans à l'aimer toujours plus fort mon étranger.

 

 

Posté par mentosframboise à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2021

Toussaint

Alors ces vacances?

Et bien, c'était plutôt chouette malgré un petit changement de programme de dernière minute. Il était prévu d'aller se dorer la pillule sur la côte d'Opale, bon d'accord, peut-être pas revenir le teint halé mais pas la goutte au nez masqué non plus. Donc, on a pas su éviter les gouttes mais au moins des gouttes de chez nous.

Du coup on a improvisé quelques sorties bien sympathiques. On en parle?

- une virée à Liège pour voir la magnifique exposition sur la vie de Napoléon. C'était vraiment chouette, instructif avec de jolis décors et des explications compréhensibles pour tous. Pas que pour Mentosframboise.

Après avoir ingurgité toute cette culture, c'est notre estomac qu'on est allés rassasier. 

Sinon.

- Nous avons embarqué la nouvelle meilleure amie de la chérie, ex ennemie jurée ayant les mêmes goûts en matière de garçon ( ceci expliquant cela ) pour aller jouer aux sorcières à Poudlard ( ou presque ). En vrai, elles ont été, accompagnées de Voldemort ( Pimentdoux en un peu moins beau ) participer à une escape game Harry Potter ". Ils avaient une heure pour arriver à sortir de la chambre. Pas suffisant pour nos apprentis sorciers qui sans l'aide de la gentille organisatrice seraient toujours coincés là à tenter, à coup de ALOHOMORA de sortir de cette pièce.

Bref, ils se sont quand même bien amusés. Zéro fièrté.

Après cette aventure magique, nous sommes allés boustifailler des pizzas.

Sinon.

Pimentdoux, en ayant marre de jouer au magicien, est retourné au charbon. 

Et nous?

- Accompagné de ma soeurette, son cher et tendre et leur progéniture masuline, nous sommes allés arpenter les rues de la capitale. Nous avons, d'abord, déambulé dans les allées de l'expo Banksy. C'était incisif et bousculant.

Ensuite, nous sommes allés nous balader dans la ville illuminée. 

Nous avons été gueuletonner dans un restaurant devenu une institution dans la capitale. C'était super gai. 

Ce fut une bien belle journée.

Sinon.

Avec ma soeurette, nous sommes allées assister à une pièce de théâtre. On a pas rit. Pourtant tout le monde riait.

Ou on a rien compris ou ils sont bon public.

Heureusement, la soirée avait commencé avec 2000 calories d'une salade crème/lardons/fromage accompagné de frites ( sinon ça aurait manqué de gras ) ( y a quand même de la salade ).

Sinon.

Nous avons clôturé cette belle semaine par le souper dias des lutins. Une agréable soirée à visualiser les 3000 photos ( oui oui ) du camp lutins du mois d'aôut...On a pu constater que la chérie s'y est super bien amusée ( preuves à l'appui ) ( 3000 preuves ).

Voili voilà. Et tralala.

La semaine prochaine...On va respirer l'air que mon Papou d'amour aimait tant inspirer. On s'envole pour l'Irlande. 

Posté par mentosframboise à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2021

Bric-à-brac

Quoi de neuf chez les Framboises?

Et bien, niveau santé, on va dire que ça va beaucoup mieux, si ce n'est ce petit rhume / mal de gorge qui peut se montrer gênant.

Bref, on va pas se plaindre. Un peu quand même?

Sinon.

Nous avons passé, Mentosframboise et moi-même, un week-end musical. Vendredi, spectacle opéra au centre culturel et dimanche trio de saxophone à l'église de notre petit village. Mentosframboise a moyennement apprécié. Moyenne basse. Il faut dire que la moyenne d'âge frôlait les trois chiffres.

Sinon.

L'enfant chérie a reprit ses cours de tennis. Elle adore et ça se voit. Elle progresse bien et trouve du plaisir à frapper dans la balle.

Sinon.

Elle joue de mieux en mieux au piano même si elle ne travaille pas assez. 

Idem pour les leçons d'arabe. 

Avec les copines, il y a un peu de changement. Le trio infernal s'est petit à petit disloqué pour mon plus grand bonheur.

Mentosframboise, aujourd'hui, est capable de discerner les relations qui lui font du bien et celles qui lui sont nocives.

Elle s'ouvre à d'autres amitiés et elle s'y épanouit.

Dans la cour de récréation, elle fait partie d'un club de lecture / jeux. Elle y joue un rôle de secrétaire. C'est très drôle de l'entendre parler de son comité.

Elle a intégré aussi l'association "Harry Potter". Une ascension remarquable : elle s'est retrouvée à la tête du mouvement. Malheureusement, après une journée en tant que directrice , apparement,  " trop " autoritaire, elle a été virée par l'intégralité de ses apprentis sorciers. 

Sinon.

A la maison aussi, son tempérement intraitable fait des dégâts sur mon système nerveux.

Je redoute l'adolescence...

Sinon.

Pimentdoux se porte bien. Il travaille beaucoup. Il ne se plaint jamais.

La semaine prochaine, nous serons tous les trois en congé. Hâte.

Sinon.

Nous avons donné à l'adoption nos poulettes. Les animaux, ce n'est pas pour nous. De plus, nous partons trop régulièrement et c'est enquiquinant de demander à ma soeurette de venir s'occuper de la volaille.

Elles ont élu domicile chez un collègue de Pimentdoux qui possède déjà une belle bande de cocottes. Elles y seront biens. 

Sinon.

Rien.

Belle journée et à plus dans le bus.

 

 

 

 

 

 

Posté par mentosframboise à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2021

Covid or not covid

Covid or not covid, telle est, de nouveau, la question chez les Mentosframboise.

Jeudi passé, l'enfant chérie se sentant moyennement pas bien s'est couchée assez tôt. 

Vendredi passé, l'enfant chérie se réveillant moyennement pas bien, alla retrouver, quand même, ses camarades de classe sous les conseils avisés et une certaine insistance de sa maman ( pête un coup et avale un perdolan ).

Vendredi passé, malgré l'application de mes recommandations médicales, l'enfant chérie réintégra le nid familial avec ses persistantes douleurs qu'elle décida de partager avec sa maman adorée.

La nuit de vendredi, j'ai bien essayé d'appliquer les consignes données la veille à l'enfant chérie mais en vain.

Je ne saurais dire si ce sont les douleurs dans tous les croisements de mon corps ou la sensation de participer au Vendée Globe de mon lit sans préparation qui fut le plus pénible.

L'enfant chérie a cette force, qui est d'expulser le mal qui se trouve en elle, à coup, de grosses gerbes.

Moi, en revanche, je le rumine le mal.

Après avoir tenté, à plusieurs reprises de contacter le médecin de garde qui, apparement, avait d'autres cas plus urgents que le mien à soigner par consultation téléphonique ( pas évident je vous l'accorde pour visualiser le fond de la gorge ). 

Bref, mes tentatives infructueuses me conduire au centre d'urgences . Fallait arrêter de jouer aux maracas avec mon estomac.

On m'a piqué, scanné, coiffé, perfusé. Chercher le mot intrus.

Bref. La température revenue à la normale, la douleur apaisée et l'estomac bien coincé, je suis allée retrouver la progéniture moyennement pas bien. Moyennement basse même.

Au milieu de ce chaos, le héro de la maison restait debout, toujours prêt à tendre un seau à gerbe ou à réconforter les plus fragiles d'entre nous ". Pour le meilleur et pour le pire prend tout son sens dans ces moments.

La nuit et la journée suivantes furent, sans exagération, pires.

La chérie a vomit sans fin. On a fini par vérifier qu'elle n'éjectait pas un poumon, un pancréas ou autres organes bien utiles.

Et moi, ma tension descendue à 7/5 ne me laissait que la force d'écouter tambouriner ( 120 battements par minute ) ( sans me vanter ) mon coeur qui semblait vouloir sortir de ce corps devenu si inconfortable voir hostile.

Du coup, je me suis dit que mon cas pourrait, ENFIN, intèresser le doc de garde, mais non, il préfèrait, encore essayer de palper les ganglions d'autres à travers son portable.

Du coup, il me conseilla d'aller retrouver mes nouveaux acolytes des urgences.

Obéissante et égarée c'est ce que j'ai fais. Deux heures. Greace anatomy sans Clonney et sans Travolta une fois sur le week-end c'était suffisant.

Si la grande faucheuse s'intèresse à moi, je ne me battrait pas ( quoi c'est juste une gastro? )

Depuis, je vais des fois bien et des fois pas bien.

Ma Mentosframboise se porte beaucoup mieux. Elle récupère ce qu'elle a donné à coup de pizzas, de pâtes et de bonbons. Tout passe, tout reste.

Moi, j'ai perdu presque deux kilos. Deux kilos d'innocence. Aujourd'hui, je peux l'affirmer, je sais ce que c'est que de souffrir plus que ce que le commun des mortels peut supporter.

Pimentdoux dit pareil. Je sais pas pourquoi?

 

 

 

 

 

Posté par mentosframboise à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2021

Famille d'artistes

Hier soir, ma soeur de front et moi-même avons laissé voguer toute notre poésie en confectionnant une couronne de fleurs sèchées...

Nous avons participé à un atelier duo ado adulte organisé au centre culturel. 

Les autres ados avaient en moyenne l'âge d'être mère sur le tard, ça vous laisse imaginer l'âge des adultes qui les accompagnaient.

Bref. 

Au début, on a trouvé comme dirait mon ado à moi ( la vraie ), cela apaisant de composer nos petits bouquets de fleurs. 

Puis la pression de l'heure qui tourne et la méchante sensation qu'on aura JAMAIS terminé cette putain de couronne de fleurs qui ne ressemble pas du tout à celle que la gentille prof artiste nous propose, c'est avec une tension de 19/15 qu'on a eu une furieuse envie de lui faire bouffer ses feuilles d'eucalyptus à notre gentille koala.

Non, sans rire, on a eu vraiment bon.Maintenant, que l'on a découvert notre potentiel artistique plus rien ne nous arrête. Prochain atelier : création de savon bio. On le sent bien celui-là...

Sinon.

On a été passer une super soirée avec de supers amis. C'était doux.

Cette même amie m'a présenté deux de ses copines lors d'une soirée documentaire, de nouveau, au centre culturel. Dit comme ça, ça semble moyennement drôle mais en vrai on a eu super bon. On a rit. Comme si on se connaissait depuis presque toujours.

On m'a enlevé des points de pas beauté. Ca vous gratouille ou ça vous chatouille? Les deux connard.

Ma princesse, oui c'est une princesse, a été fêter l'anniversaire du bouc émissaire de la classe. Une pauvre petite fille. Sincèrement. Tristement. Injustement. 

Elle s'y est amusée mais ce qui lui a procuré le plus de plaisir, qui l'a le plus émue c'est d'avoir illuminé de sa simple présence la journée de sa petite copine et de ses parents. 

Pendant ce temps avec l'approbation de leurs parents les autres petites copines conviées à la petite fête, ont décliné l'invitation pour raison pas valable : mieux à faire que de faire plaisir.

On vit dans un drôle de monde. Même la douleur de l'enfant qui pourrait être le tien ne touche pas le coeur, la conscience de certains adultes.

Je ne peux pas envisager d'éduquer ma fille dans l'indifférence des autres.  

Je suis fière de la petite fille sensible, concernée par la souffrance de ses congénères et actrice d'un changement. 

Elle ose bousculer les petites consciences de ses camarades, elle impose la présence du souffre douleur dans la cour de récréation. 

Elle n'y arrive pas forcément. L'enfant comme l'adulte peut être cruel mais elle essaye d'ouvrir le coeur et la raison de ses petits crapuleux camarades d'école.

Bravo ma Mentosframboise.

Sinon. 

Ce soir, le défenseur des opprimés allant fêter, toute la nuit, l'anniversaire d'une autre copine pas victime, c'est avec joie que l'amoureux et moi allons nous remplir de calories au restaurant et se débarasser d'autres au lit.

Elégant, je sais.

 

 

Posté par mentosframboise à 11:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]